Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage
    Facture
    Abonnés

    Flambée des prix de l'électricité : un effet Covid, mais pas que

    Par Pauline Achard
    A partir de ce 1er février, les usagers verront leur facture revue à la hausse de 1,6% TTC.
    A partir de ce 1er février, les usagers verront leur facture revue à la hausse de 1,6% TTC. Photo Pascal Rossignol. Reuters

    Ce 1er février, le tarif réglementé de l’électricité fixé par le gouvernement augmentera à nouveau de 15 euros par an. La Commission de régulation de l’énergie justifie cette hausse par la crise sanitaire, l’UFC-Que choisir dénonce des règles de régulation «inadaptées».

    Les prix de l’électricité poursuivent leur envolée. Dès ce 1er février, les usagers verront, une nouvelle fois, leur facture revue à la hausse de 1,6% TTC. Cette augmentation annuelle d’environ 15 euros intervient un an après une revalorisation de 2,4% des tarifs, suivie d’une autre de 1,54% au premier août 2020. Ces tarifs réglementés de vente (TRV) sont fixés chaque année par le gouvernement après avis de la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Dans sa proposition, l’instance de régulation justifie cette évolution par «les conséquences de la crise sanitaire sur le système électrique français».

    Pour réaliser son calcul, l’organisme se base sur les coûts de production, les coûts d’acheminement et le coût des taxes. Selon le communiqué de la CRE paru le 18 janvier, «les mesures prises pour enrayer l’épidémie ont notamment perturbé les opérations de maintenance du parc nucléaire». De nombreux réacteurs d’EDF qui devaient être l’objet d’opérations d’entretien ou de rechargement de

    Libération réserve cet article à ses abonnés
    Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous
    devices-picture

    1 mois pour 1€

    Lisez Libé en illimité

    Vous avez déjà un compte abonné?

    Je me connecte
    • Tous nos articles en illimité
    • Le journal en version numérique le jour de sa parution
    • Nos newsletters exclusives
    • CheckNews, notre service de fact checking
    Pauline Achard
    notre newsletter

    Pour recevoir de l’information par e-mail, plutôt que de la publicité.

    Un mot à ajouter ?