Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage
    Interview

    François de Rugy «J’attends un programme de travail»

    Par Matthieu Écoiffier (mis à jour le )
    François de Rugy le 26 septembre 2013 à Angers.
    François de Rugy le 26 septembre 2013 à Angers. Photo Alain Jocard. AFP

    Le vert François de Rugy dit son scepticisme :

    François De Rugy, député de Loire-Atlantique, est coprésident du groupe EE-LV à l’Assemblée nationale.

    Quelles seraient les conditions pour que les écologistes rejoignent le rassemblement voulu par François Hollande ?

    En ce qui nous concerne, nous attendons un programme d’actions plus clair. Il faut une inflexion écologique sociale et institutionnelle. Il y a un certain nombre de chantiers en plan, sur la biodiversité, les transports et la démocratie environnementale. Le drame de Sivens a montré l’impérieux besoin d’une réforme des procédures pour ce type d’infrastructures. Il y a la proportionnelle et des réformes de société, comme celle de la fin de vie. Un programme de travail avec cinq ou dix engagements précis permettrait à la majorité de se retrouver au Parlement et au gouvernement.

    Les ministres verts ont démissionné à l’arrivée de Manuel Valls à Matignon. Vous attendez un changement de ligne ou de Premier ministre ?

    Nous sommes, à EE-LV, un certain nombre à penser qu’il ne s’agit pas d’un problème de personne, mais de programme de travail. Si la politique du gouvernement s’incarne dans des reculs institutionnels ou sociétaux, comme la décentralisation, ou des réformes économiques contestables, comme la loi Macron, cela ne permettra pas de se rassembler. Depuis six mois, le seul sujet où cela a été le cas a été la loi sur l’énergie, notamment grâce à la méthode suivie pour son élaboration, plus collective.

    Le départ des écologistes du gouvernement vous a-t-il permis de vous démarquer politiquement ?

    La question de retrouver la confiance des Français se pose aussi aux écologistes. Si chacun se replie sur son pré-carré et ses débats internes, on va droit à l’échec. Notre sortie ne fait pas en soi une stratégie et reste un échec aux yeux de l’opinion.

    Les bonnes relations entre François Hollande et Cécile Duflot peuvent-elles jouer ?

    Une qualité du Président est d’être capable de garder les fils du dialogue. Il le fait avec les parlementaires et d’ex-ministres. Mais il ne suffit pas de se retrouver par téléphone, SMS ou au restaurant pour se retrouver politiquement. A un moment, il faut des actes, soit dans le programme de travail proposé au Parlement, soit par une reconfiguration du gouvernement.

    A défaut, êtes-vous favorable à une grande primaire de la gauche et des écologistes ?

    J’ai toujours été pour une primaire ouverte à laquelle les écologistes participeraient. Mais je le vois plus comme un aboutissement d’un travail qui aura permis dans les deux ans qui viennent de se retrouver, que comme un pis-aller en cas d’échec.

    Matthieu Écoiffier
    Un mot à ajouter ?