Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage

    Michel Aumont, star discrète du cinéma, géant du théâtre

    Par AFP (mis à jour le )
    Le comédien Michel Aumont lors de l'enregistrement d'une émission pour TF1 le 22 septembre 2011
    Le comédien Michel Aumont lors de l'enregistrement d'une émission pour TF1 le 22 septembre 2011 Photo FRANCOIS GUILLOT. AFP

    Plus de 150 films et feuilletons, une centaine de pièces de théâtre : vedette discrète du cinéma français, Michel Aumont, a mené une immense carrière où il a excellé dans les seconds rôles, de Chabrol à Tavernier en passant par Francis Veber.

    «Immense comédien populaire, incarnant des personnages aussi bien goguenards qu’humanistes, le 7e art perd l’un de ses irremplaçables talents», a résumé Alain Terzian, le président de l’académie des César, qui lui a rendu hommage.

    Si le cinéma ne lui a pas donné de rôles de jeune premier, l’acteur, décédé mercredi à l’âge de 82 ans, a été un géant du théâtre à partir des années 60, incarnant à merveille l’Avare de Molière pendant 20 ans au sein de la Comédie-Française, dont il était sociétaire honoraire depuis 1994.

    «Probablement le plus exceptionnel des +Avare+ jamais vu à la Comédie-Française. Au revoir l’Artiste», a commenté sur Twitter l’acteur Christian Clavier.

    Le sourire un peu las, l’oeil tout en finesse, Michel Aumont était un homme modeste et plein d’humour, tombé amoureux de la scène en suivant dès son plus jeune âge au Festival d’Avignon sa mère comédienne, Hélène Gerber, et jouant des rôles d’enfant dans de petits spectacles.

    Né le 15 octobre 1936 à Paris, il entre à 18 ans au Conservatoire national d’art dramatique et obtient deux ans plus tard un premier prix de comédie moderne avant d’être engagé à la Comédie-Française.

    - Policier ou politicien -

    «Michel Aumont appartient à la confrérie des comédiens de l’inconfort, prêts et aptes à interpréter les emplois les plus exigeants de l’entre-deux, tout à la fois déchirant ou goguenard, naturel ou composé, inquiétant ou amusant», peut-on lire sur le site de la «maison de Molière».

    Sur grand écran comme sur scène, il sait laisser filtrer des émotions contradictoires et donne une touche profondément humaine à ses personnages.

    Au cinéma surtout, il joue une cascade de seconds rôles, souvent comme commissaire de police, homme de loi ou politicien.

    «Le maintien, l’intonation, le phrasé, la justesse, l’ironie discrète jamais bien loin et cette sorte d’épaisseur humaine qui sert les grands rôles. Un de ses titres lui va bien : L’oeil du maître», a souligné l’ex-président du Festival de Cannes Gilles Jacob après l’annonce de sa mort.

    Récompensé de plusieurs Molières, son plus beau souvenir sur scène est «Richard III», à Avignon en 1972, où il triomphe en reprenant le rôle tenu par Robert Hirsch : «Mon plus beau souvenir et ma plus grande peur», dira-t-il.

    Il joue tout, de Shakespeare à Woody Allen, en passant par Feydeau et Beckett et les plus grands metteurs en scène le demandent : Jean-Paul Roussillon, Antoine Vitez, Jean-Pierre Vincent, etc.

    - «L’aisance des grands» -

    Le ministre de la Culture Franck Riester a salué «un acteur populaire qui avait su conquérir le cœur des Français, passant du théâtre au cinéma avec cette générosité discrète qui emplissait chacun de ses rôles (...), il avait l’aisance des grands».

    Il tourne pour la télévision («Les dames de la côte») et se lancera à partir de 35 ans dans le cinéma, avec «La Femme en bleu» (1973) de Michel Deville, «Nada» de Claude Chabrol (1974), «Des enfants gâtés» (1977) et «Un dimanche à la campagne» (1984) de Bertrand Tavernier ou encore «Edith et Marcel» de Claude Lelouch (1983).

    Il exprime sa fibre comique en incarnant un commissaire dans le réjouissant «Ripoux contre ripoux», ou devant la caméra de Francis Veber, avec lequel il aura une longue collaboration («Les Compères en 1983, «Le Placard» en 2001, «Tais-toi !» en 2003, «La Doublure» en 2006 et «L’Emmerdeur» en 2008).

    Son rôle hilarant de chef du protocole dans «Palais Royal !» (2005) de Valérie Lemercier marquera également les esprits.

    Son principal trait de caractère est «la naïveté», confiait-il à l’Express, en avouant souffrir d’un manque de confiance en lui «confinant à la lâcheté». Il ajoutait : «Je ne suis pas devenu une star, hein ! Mais à mon petit niveau, j’ai plutôt réussi».

    Il était marié et père d’une fille.

    AFP
    pas le temps de lire ?

    Recevez un débrief de la journée et un briefing tous les matins.

    Un mot à ajouter ?