Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage
    Les 400 culs
    Abonnés

    Le rhombe, instrument de musique ou arme sexuelle ?

    Par Agnès Giard
    Des rhombes de Papouasie-Nouvelle-Guinée, début du XXe siècle.
    Des rhombes de Papouasie-Nouvelle-Guinée, début du XXe siècle. Photo Jean Bernard. Bridgeman Images

    Le rhombe est un instrument à vent datant de la préhistoire. «Et si c’était une arme de répression sexuelle ?», demande le penseur Alain Boton. Au Brésil et en Australie, les femmes ayant vu le rhombe sont condamnées à mort ou au viol.

    Le rhombe est un bout d’os ou de bois que les hommes – depuis au moins 20 000 ans – font tourner au bout d’une ficelle, pour produire du son par frottement avec l’air. Si le rhombe est troué, fendu, il émet des bruits d’oiseaux et des sifflements. S’il est plat, lisse, il génère des sons à très basse fréquence. A priori, c’est un simple bruiteur, pas plus inquiétant que «le sifflet d’un arbitre ou la cloche du dimanche matin», se moque Alain Boton. Penseur anar et franc-tireur, il consacre au rhombe un article intitulé «Les origines de la domination masculine» dans le Journal du Mauss. Une thèse plutôt caustique, aux allures de manifeste féministe.

    Tout d’abord, dit Boton, il y a un gros non-dit avec le rhombe, un non-dit très similaire à celui qui concerne le clitoris. Bien que le rhombe soit un instrument que l’on retrouve partout dans le monde – chez les Papous, les Inuits, les Bretons, les Apaches ou les Maoris – il n’existe à son sujet pratiquement aucune analyse depuis la Seconde

    Libération réserve cet article à ses abonnés
    Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous
    devices-picture

    1 mois pour 1€

    Lisez Libé en illimité

    Vous avez déjà un compte abonné?

    Je me connecte
    • Tous nos articles en illimité
    • Le journal en version numérique le jour de sa parution
    • Nos newsletters exclusives
    • CheckNews, notre service de fact checking
    Agnès Giard
    Un mot à ajouter ?