Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage

    Abonnés Parmi les décès liés au coronavirus, combien de Covid «confirmés» et combien de «suspectés» ?

    Par Luc Peillon
    Morgue de l'hôpital Emile Muller, à Mulhouse, avril 2020.
    Morgue de l'hôpital Emile Muller, à Mulhouse, avril 2020. Photo Sébastien Bozon. AFP

    La part des morts dont le Covid est la cause «confirmée» dans les certificats de décès n'a cessé de progresser depuis le début de la crise, à mesure de la disponibilité croissante des tests sur le territoire.

    Question posée par fab le 29/01/2021

    Près d’un an après l’arrivée du Sars-Cov-2 en France, la question de l’imputation d’un décès au Covid-19 reste d’actualité : d’aucuns considèrent en effet que nombre de morts sont encore massivement comptabilisés, à tort, comme liés au virus.

    Dans un précédent article, nous avons longuement détaillé les différents canaux de remontée des données relatives aux décès Covid dans l’Hexagone. Parmi eux, le travail du CépiDc, une unité de l’Inserm, apparaissait comme le plus proche de la réalité, dans la mesure où cet organisme épluche tous les certificats de décès, et notamment le volet relatif aux causes de la mort.

    Interpréter les certificats de décès

    Concrètement, le CépiDc a établi, pour le Covid-19, un protocole permettant de retenir, dans un premier temps, tous les certificats de décès où est mentionné le terme Covid, ce qui implique que la mort du patient est liée, d’une façon ou d’une autre, à cette maladie. En effet, si la personne décédée est po

    Libération réserve cet article à ses abonnés
    Pour poursuivre votre lecture, abonnez-vous
    devices-picture

    1 mois pour 1€

    Lisez Libé en illimité

    Vous avez déjà un compte abonné?

    Je me connecte
    • Tous nos articles en illimité
    • Le journal en version numérique le jour de sa parution
    • Nos newsletters exclusives
    • CheckNews, notre service de fact checking
    Luc Peillon

    — ou —

    Posez une nouvelle question
    Un mot à ajouter ?