Search Direct User 100 Zoom Quiz ? Libération Diamond clock xml netvibes live anciens-numeros data desintox diapo edito election-2017 election essentiel generique idee jo next portrait radio son alerte top-100 star une video podcast scroll politiques food sciences Facebook Whatsapp Twitter insta vine later glass Mail print Facebook Instagram Twitter Calendar download cross zoom-in zoom-out previous next truck visa mastercard user-libe user-doc user-doc-list user-mail user-security user-settings user-shop user-star Ruban abo Losange orange List check Most read Ptit Libé sport blog voyage

    Qui pourra se faire vacciner à partir de lundi ?

    Par Emma Donada
    Mercredi, dans un centre de vaccination de Nancy, première ville de France à vacciner contre le Covid-19 les plus de 75 ans ne résidant pas en Ehpad.
    Mercredi, dans un centre de vaccination de Nancy, première ville de France à vacciner contre le Covid-19 les plus de 75 ans ne résidant pas en Ehpad. Photo Mathieu Cugnot pour Libération

    Deux nouvelles catégories de personnes pourront profiter du vaccin dès la semaine prochaine.

    Bonjour,

    La campagne de vaccination contre le Covid-19 en France doit prendre une nouvelle envergure à partir de lundi. Initialement, dans la population générale, seules les personnes de plus de 75 ans pouvaient recevoir le sérum à compter de cette date, en plus des publics déjà concernés. Mais jeudi, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé l’ouverture de la vaccination aux personnes «très» vulnérables, et ce, sans limite d’âge.

    Dans la foulée de ces annonces, le ministère de la Santé a publié la liste des pathologies concernées, sur recommandation du Conseil d’orientation de la stratégie vaccinale, présidé par le professeur Alain Fischer. Sont concernés les patients :

    «atteints de cancers et de maladies hématologiques malignes en cours de traitement par chimiothérapie ;
    - «atteints de maladies rénales chroniques sévères, dont les patients dialysés ;
    - «transplantés d’organes solides ;
    - «transplantés par allogreffe de cellules-souches hématopoïétiques ;
    - «atteints de polypathologies chroniques et présentant au moins deux insuffisances d’organes ;
    - «atteints de certaines maladies rares et particulièrement à risque en cas d’infection (liste spécifique établie par le COS et les filières de santé maladies rares) ;
    - «atteints de trisomie 21», peut-on lire dans le communiqué.

    6,4 millions de personnes supplémentaires concernées

    Ainsi, environ 6,4 millions de personnes pourront désormais demander à être vaccinées. Un public qui s’ajoute aux quelque deux millions (selon les estimations de la Haute Autorité de santé) de personnes ciblées lors la toute première vague de vaccination, à savoir les personnes âgées résidant en Ehpad (ou autres, en unité de soins de longue durée, ect.), les personnes en situation de handicap hébergées en établissement spécialisé, ainsi que les professionnels de santé, certaines aides à domicile et les sapeurs pompiers âgés de plus de 50 ans ou présentant des comorbidités.

    A noter que, pour ces derniers, la liste des pathologies prises en compte est différente, comme on peut le lire sur le site sante.fr. «L’obésité (IMC>30), la BPCO et l’insuffisance respiratoire, l’hypertension artérielle compliquée, l’insuffisance cardiaque, le diabète (de type 1 et de type 2), l’insuffisance rénale chronique, les cancers et maladies hématologiques malignes actifs et de moins de trois ans, le fait d’avoir une transplantation d’organe solide ou de cellules-souches hématopoïétiques, la trisomie 21», sont considérés comme des comorbidités et ouvrent le droit à la vaccination.

    Une vaccination «au rythme de nos livraisons»

    Comme nous l’expliquions dans une réponse précédente, les prises de rendez-vous pour les personnes de plus de 75 ans sont officiellement ouvertes depuis jeudi en ligne et par téléphone (même si la forte affluence sur les différents canaux semble rendre difficile l’accès aux différentes plateformes web ou téléphonique ce vendredi). Attention cependant, les personnes vulnérables ayant moins de 75 ans devront d’abord prendre rendez-vous avec leur médecin traitant pour obtenir une ordonnance.

    Par ailleurs, le ministre de la Santé a rappelé que la vaccination devra être progressive, «au rythme de nos livraisons», et appelle à la patience. «Toutes les personnes qui voudront se faire vacciner le seront, mais cela prendra plusieurs semaines», a-t-il déclaré jeudi.

    Emma Donada

    — ou —

    Posez une nouvelle question
    Un mot à ajouter ?